La mythologie japonaise s'empare du saké : le serpent démoniaque à huit têtes

Par Sakément Bon, le 20 octobre 2020

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest

L'Histoire du saké est parsemée de contes en tout genre

Durant l’ère Yamato, du IVe au VIIe siècle après Jésus-Christ, la consommation du saké se démocratise au Japon. En effet, l’apparition des techniques du brassage rend le saké plus facile à produire. De nombreux contes mettent en exergue le talent des tôji et de leurs kurabito. Par ailleurs, d’autres récits jonchent l’Histoire du saké,  notamment certains d’ordre mythologiques où le saké fait partie intégrante de l’intrigue. L’une des plus célèbres a été consignée dans le Kojiki, l’un des plus anciens livres japonais existant de nos jours. Elle se nomme Le serpent démoniaque à huit têtes.

Cette histoire relate les exploits de Susanoh no Mikoto, en visite dans la bourgade d’Izumo. À peine arrivé, il croise la route d’une vieille dame en pleurs. Elle lui explique qu’un serpent démoniaque à huit têtes a dévoré sept de ses huit filles et que la huitième ne sera pas épargnée. Ainsi, Mikoto se décide à agir, car il ne peut pas laisser cette bonne dame en proie à une tristesse inévitable. 

ochoko tokkuri
Mikoto s'est servi du saké pour terrasser le démon

Le saké en guise d'arme redoutable

Se sachant plus faible que le serpent, il imagine un stratagème fort astucieux. Mikoto pose, devant la huitième fille, huit pots remplis de saké et attend l’arrivée du démon. Le serpent, une fois apparu devant la fille, voit les huit coupes devant lui et se jette dessus pour en boire le contenant. Néanmoins, l’alcool se joue de ses malins désirs et il se retrouve ivre, incapable de manger la fille. Mikoto en profite pour apparaître et pourfendre le vil démon, libérant ainsi la vieille dame et sa fille de leurs malheurs.

Cette histoire, bien que loufoque, signale les nombreux progrès dans la maîtrise de la préparation du saké. Par exemple, le protagoniste prépare les huit pots de saké. De ce fait, on peut considérer que les japonais maîtrisaient les techniques de brassage à cette époque.

L’Histoire du saké est parsemée de contes de ce genre, qui divertissent les japonais. Par exemple, le même livre Koshiki mentionne aussi l’histoire d’un brasseur appelé Susukori, qui a offert à l’Empereur son saké. Depuis de longues années, le saké accompagne les japonais dans leurs destin, qu’il soit heureux ou tragique. L’Histoire du saké est aussi, en quelques sortes, l’Histoire du Japon racontée via un autre prisme de lecture.

Fabrication du saké
Les japonais préparaient déjà le saké près de 2000 ans auparavant